Articles

Fête de la Science 2022

La Fête de la Science s’est tenue du 7 au 17 octobre 2022.

Le LNHB, en charge des unités de mesure dans le domaine des rayonnements ionisants (becquerel, gray et sievert), a participé à la journée organisée à cette occasion par le LNE sur le thème « Le monde de la mesure ».

Celle-ci a eu lieu le samedi 15 octobre 2022, de 10 h à 17 h, au siège du LNE à Paris. 

Plus d’informations sur le site du LNE.

Un résumé de cette journée en vidéo.

Workshop NEEDS-NACRE

La structure nucléaire et les données nucléaires pour les réacteurs

Le programme national de recherche NEEDS (Nucléaire-Énergie-Environnement-Déchets-Société) vise à mobiliser une recherche académique sur les grandes questions scientifiques liées au nucléaire. Il est porté par le CNRS et inclut les acteurs majeurs du nucléaire français : l’Andra, le BRGM, le CEA, EDF, Framatome, l’IRSN et Orano. Il assure une animation scientifique transverse autour des grandes thématiques de ce domaine : réacteurs nucléaires et transition énergétique, déchets nucléaires, environnement, ressources. Il aide également à construire des projets de recherches structurants qui abordent des questions de science fondamentale d’intérêt pour l’énergie nucléaire.

Le projet structurant NACRE (le Noyau Au Cœur du RéactEur) vise à créer une collaboration étroite entre les expérimentateurs, les théoriciens et les évaluateurs français dans le domaine des données nucléaires. Son ambition est d’améliorer les bases de données évaluées pour la simulation des réacteurs nucléaires en enrichissant la connaissance et la modélisation des processus fondamentaux via de nouvelles mesures microscopiques, le développement de techniques de maîtrise des incertitudes, et l’amélioration des méthodologies d’évaluation. Le LNE-LNHB participe à ce projet en apportant son expertise en évaluation de données de décroissance, ainsi qu’en mesure et calcul théorique des transitions bêta pour les produits de fission.

Les acteurs de NACRE sont confrontés aux limites de la connaissance de la structure nucléaire, restreignant l’emploi de certaines techniques expérimentales et la modélisation des processus physiques. Dans ce contexte, le LNE-LNHB a organisé un atelier réunissant les acteurs majeurs de la communauté en mesure de données nucléaires, en modélisation théorique et en évaluation de données nucléaires. Le but de cet atelier était de permettre la rencontre des acteurs de NACRE et des spécialistes de la structure nucléaire afin de discuter des moyens potentiels pour lever les verrous rencontrés. Après une présentation de la thématique de l’évaluation des données nucléaires pour les réacteurs, un état des lieux des travaux réalisés dans le cadre de NACRE et des besoins applicatifs a été dressé. Plus particulièrement, les besoins en amélioration de la connaissance de la structure nucléaire ont été présentés pour chaque thème de recherche : mesures de neutrons retardés, sections efficaces (fission, inélastique, capture, etc.), produits de fission et leur décroissance, spectres des antineutrinos, etc. Les discussions ont porté sur les collaborations expérimentales et théoriques qu’il serait possible d’initier ou d’intensifier pour répondre à ces besoins.

Ce workshop a été organisé les 27 et 28 juin 2022 au CEA-Saclay par le LNE-LNHB.

Sites web :

Deux doctorants du LNE-LNHB récompensés

Ces dernières semaines, les travaux de deux jeunes chercheurs du laboratoire de métrologie de la dose du LNE-LNHB ont été distingués lors de conférences nationales et internationales.

Le prix Daniel Blanc a été attribué à Julien Jurczak avec une remise lors du congrès des Laboratoires Associés de Radiophysique et de Dosimétrie (LARD) à Fontenay-aux-Roses les 27 et 28 juin. Le prix distingue sa thèse soutenue en mars 2022 et qui portait sur la mise en place d’une nouvelle approche pour la radiothérapie, le produit-dose surface, et son application aux protocoles de traitements stéréotaxiques. Ce prix, d’un montant de 600 euros, récompense une thèse remarquée, récemment soutenue, et liée aux thématiques de l’association des LARD, dont fait partie le LNE-LNHB.

Alice Rousseau a quant à elle été récompensée lors de la conférence IC3DDose (International Conference on 3D and Advanced Dosimetry) organisée à Québec du 19 au 23 juin dernier. Sa présentation orale, intitulée « End-to-end quality assurance for Volumetric Modulated Arc Therapy with Fricke-Xylenol orange-Gelatin gel dosimeter sand dual-wavelength cone-beam optical CT scanner« , a reçu la deuxième place de la meilleure présentation dans la « Rising Star Competition » qui récompense les meilleures présentations des jeunes chercheurs de la conférence.  

Journée mondiale de la métrologie 2022


La Journée mondiale de la métrologie est une célébration annuelle de la signature de la Convention du Mètre, le 20 mai 1875, par les représentants de dix-sept pays.

La métrologie, science de la mesure, joue un rôle central dans la découverte scientifique et l’innovation, la fabrication industrielle et le commerce international, l’amélioration de la qualité de vie et la protection de l’environnement mondial.

Le thème de la Journée mondiale de la métrologie 2022 est : La métrologie à l’ère numérique. Ce thème a été choisi parce que la technologie numérique révolutionne notre communauté et constitue l’une des tendances les plus passionnantes de la société actuelle.

Le LNHB a participé à la journée mondiale de la métrologie 2022 au travers de visites sur site ou virtuelles.

Plus d’informations sur le site du World Metrology Day.

Introduction
 
On a perdu la dose hors champ !
 
Dosimétrie 3D par gels
Dosimétrie externe en radiothérapie – part I
 
Dosimétrie externe en radiothérapie – part II
 
Dosimétrie alanine
Mesures neutroniques
 
Calorimètres métalliques magnétiques
 
Calorimétrie eau et graphite
Moyens d’irradiation
 
RCTD portable
 
Sources X monochromatiques

SPARTE

SPARTE, projet européen FET-H2020, porte sur la détection et la mesure d’activité de traceurs relatifs au domaine nucléaire. Ainsi, la détection des éléments 85Kr, 133Xe, 3H, 37Ar présentant principalement des désintégrations bêta est particulièrement ciblée. SPARTE vise à réaliser et mettre en œuvre une technique de détection radicalement nouvelle basée sur des matériaux scintillateurs à haute porosité tels que des aérogels et des MOFs (Metal-Organic-Frameworks) conçus pour exalter l’interaction gaz-matériaux scintillants. Ces matériaux, une fois optimisés, combineront une scintillation très rapide, efficace et isotrope, de haute sensibilité permettant, au-delà de la détection, de mettre en place des méthodes métrologiques pour les basses activités radioactives. Le Dr Benoît Sabot du LNE-LNHB/LMA est notamment en charge du Work Package dédié à la métrologie et au développement d’une instrumentation utilisant ces scintillateurs poreux pour la mesure de référence des gaz radioactifs.

https://www.sparte-project.eu/

ICRM-LLRMT 2022

 
Le LNHB a participé à la 8ème Conférence Internationale sur la Métrologie des Radionucléides – Techniques de Mesure pour la Radioactivité Bas Niveau (ICRM-LLRMT) organisée par l’INFN-LNGS du 2 au 6 mai 2022, au Laboratoire National du Gran Sasso à Assergi, Italie.

 

LSC 2020

 
Le LNHB a participé à la 24ème édition de la conférence internationale Advances in Liquid Scintillation Spectrometry (LSC 2020) organisée par l’Université de Technologie de Shenzhen du 18 au 20 octobre 2021, en ligne et hors ligne à Chengdu ou Shenzhen, Chine.

ALTECH 2021

Le LNHB a participé au symposium ALTECH 2021 « Analytical techniques for precise characterization of nano materials » dans le cadre du Meeting de printemps de l’European Materials Research Society (EMRS), du 31 Mai au 3 Juin, 2021.

Mise à disposition de guides de bonnes pratiques
et de données sur la mesure des spectres bêta

Le projet EMPIR MetroBeta (15SIB10), coordonné par le LNHB, s’est terminé en 2019. Il a permis de développer de nouvelles approches de mesure du rayonnement bêta, assurant une utilisation plus efficace de ce rayonnement dans des applications telles que le diagnostic médical, la gestion de l’énergie nucléaire, la protection de l’environnement et même la détection de neutrinos en astrophysique (https://www.euramet.org/?news=40%3A1005).

Les spectres de radionucléides émetteurs bêta ainsi que le facteur de forme associé ont été déterminés avec un niveau de précision sans précédent grâce à une combinaison d’approches théoriques et expérimentales. Le projet a également permis de mettre en œuvre de nouvelles techniques de détection du rayonnement bêta qui permettent de mesurer son énergie avec plus de précision.

Le consortium de ce projet a édité plusieurs guides de bonnes pratiques utiles pour les laboratoires souhaitant mettre en place les différentes technologies de détection développées : calorimètres métalliques magnétiques, mesure de spectres bêta par Si(Li) ou cristaux de scintillateurs solides.

Les données issues de ce projet : le code BetaShape pour calculer la forme des spectres bêta (http://www.lnhb.fr/activites-recherche-developpement/logiciels-traitement-spectres/) et les spectres eux-mêmes (http://www.lnhb.fr/donnees-nucleaires/donnees-nucleaires-tableau/), sont également accessibles à toute la communauté scientifique.

Le descriptif complet du projet (programme, partenaires, etc.) ainsi que la liste des publications et des présentations, les retranscriptions des workshops mais aussi les guides de bonnes pratiques, sont consultables et téléchargeables sur le site dédié : http://metrobeta-empir.eu/.

Un nouvel instrument de comparaison des étalons
de radionucléides émetteurs de rayonnement β pur

L’instrument de mesure au BIPM

Ce nouveau système de référence représente une avancée majeure pour assurer la traçabilité internationale des mesures des radionucléides émetteurs bêta.

Il est le fruit d’un projet conduit sous l’égide du Comité Consultatif des Rayonnements Ionisants.
Ce projet a réuni les experts du BIPM et de différents Instituts Nationaux de Métrologie : P. Cassette (LNHB, France), R. Broda (Polatom, Pologne), S. Jerome (NPL, UK), K. Kossert (PTB, Allemagne), H. Liu (NIM, Chine).

Les dernières études de validation font l’objet d’une publication : Coulon R.M., Broda R., Cassette P., Courte S., Jerome S., Judge S., Kossert K., Liu H., Michotte C., Nonis M. The international reference system for pure β-particle emitting radionuclides: an investigation of the reproducibility of the results, Metrologia, 2020, DOI

Plus d’infos sur le site du BIPM.

La fabrication additive au service du LNHB

Les technologies d’impression 3D ont grandement évolué au cours de ces dernières années et se sont démocratisées. Le LNHB s’est ainsi équipé en 2017 de deux imprimantes 3D (fabriquées en France par VOLUMIC 3D) afin de profiter de cette technologie pour différents développements ayant lieu au laboratoire.

Atelier de fabrication additive au LNHB


L’amélioration la plus simple à mettre en œuvre a été la production de supports pour la spectrométrie X/γ, notamment pour la géométrie SG500 dont le positionnement a été grandement amélioré. L’incertitude-type relative sur la courbe de rendement SG500 est ainsi passée de 5 % à 1,6 % dans la gamme d’énergie de 30 à 2 000 keV.
Enfin, ces machines nous permettent de fabriquer rapidement et à moindre coût des supports simples adaptés aux différentes demandes d’étalonnage ou dans le cadre de nos recherches. Le gain en temps est devenu conséquent : un mois pour un usinage en temps normal (délais administratif et de fabrication) réduit à quelques heures par impression 3D.